Martin Margiela, lumière sur un génie inconnu qui bouscule 

S’il est une exposition mode à ne pas manquer lors de votre séjour à l’Hotel Doisy en 2018 c’est bien celle consacrée à Martin Margiela au Palais Galliera. Le Musée de la Mode de Paris met à l’honneur ce créateur belge, artiste iconoclaste dont personne ne connaît le visage jusqu’au 15 juillet 2018.

L’énigme Martin Margiela

Cette légende de la mode a toujours farouchement protégé sa vie privée, refusant toujours d’apparaître en public. Une forme de discrétion destinée à mettre en avant la création plus que le créateur. Des interviews rarissimes, aucune photo ou vidéo, des mannequins défilant souvent le visage masqué… le mystère a toujours plané sur ce créateur belge, un personnage complexe ancien élève de Jean Paul Gaultier dont les collections inédites n’ont cessé de faciner. Le Musée de la Mode de Paris dévoile des créations phares de la maison ainsi que les influences du créateur belge au travers de pièces d’archives et de témoignages rares. Cet incroyable voyage dans l’univers margielesque dévoile 136 silhouettes et 32 collections.

 

L’œuvre d’un maître flamand visionnaire et anticonformiste

Dans les années 1980, Martin Margiela décide au grand dam de tous de déstructurer le vêtement afin de lui donner une nouvelle vie, un nouveau langage. Margiela fut le seul à miser sur le succès du « vieux neuf », des ourlets effilochés, des peintures écaillées sur les jeans, les chaussures, sur l’engouement pour la récup ou upcycling comme on l’appelle aujourd’hui. Cet artiste adepte des superpositions, des trompe-l’œil et de l’androgynie dévoyée, fut l’un des premiers à remettre en question le concept de beauté du vêtement à travers l’utilisation de matériaux déroutants dans ses collections. Assurément, l’exposition Martin Margiela est une rétrospective à ne pas manquer ! Réservez dés maintenant votre séjour à l’Hotel Doisy pour ne pas la manquer.

 

Crédit photo : Martin Margiela, semelles « tabi », Printemps-été 1996 Cuir noir / © Françoise Cochennec / Galliera / Roger-Viollet